Littérature

LITTERATURE | Percy Jackson, Le dernier Olympien de Rick Riordan

couv20572950La plupart des gens reçoivent des cadeaux pour leur seizième anniversaire. Moi j’ai eu une prophétie qui pourrait soit sauver notre monde ou soit le détruire.

C’est comme ça quand vous êtes le fils de Poséidon, Dieu de la Mer. Selon une ancienne prophétie, d’horribles choses se produiront quand j’aurai seize ans, car je suis le seul à pouvoir décider du destin du monde entier…mais ça va je n’ai pas la pression !

Dans cette aventure, Chronos, Seigneur des Titans, attaque New York, où le Mont Olympe se dresse sans défense. Oh et l’horrible (sans oublier l’énorme) monstre Typhon vient aussi à notre rencontre. Alors la bataille se jouera avec moi et à mes quarante amis sang-mêlé contre le Mal.

Pas d’extrait

Il existe des séries que j’aimerai qu’elles ne se finissent jamais. C’est le cas de Percy Jackson qui m’a tenu en haleine dès les premiers tomes. C’est donc avec un certain pincement au cœur que je la termine. Chacun des tomes était de mieux en mieux.

*

Dès les premières pages, ce dernier tome ne sera pas comme les autres. Déjà, il n’est pas construit comme un jeu vidéo tel que les autres (un niveau par chapitre avec un méchant à vaincre). Cela donne une vision plus globale du livre et non plus uniquement par chapitre. Mais ce n’est pas non plus l’aspect le plus important du livre. En effet, la question essentielle était de savoir comment cette histoire allait se terminer.

Si j’étais au courant de quelques révélations finales (merci Tumblr !), il me restait tout de même un certain nombre de choses à découvrir dont qui pouvait être ce fameux dernier Olympien que le titre évoquait. Ce dernier point m’a vraiment étonné car ce n’est pas un personnage que nous avons eu beaucoup l’occasion de croiser dans les autres tomes. Pourtant, après avoir terminé ce roman et avoir réfléchi aux explications données par Rick Riordan, cela se tient. C’est assez logique. Je n’aurai pas pu imaginer un autre « dernier Olympien ».

C’est un roman détonnant également par ce que, dès le premier chapitre, c’est explosif. Comme dans un film d’action, il y a des explosions, des rebondissements en cascade. Ça court dans tous les sens, ça saute, ça se bat… Ce dernier tome est encore plus dynamique que les autres. Ça ne s’arrête jamais, à aucun moment. Du début à la fin, le lecteur est pris dans un tourbillon sans fin d’événements et il y a toujours énormément de surprises (la présence de la mère de Percy, savoir si Clarisse va venir ou non dans une scène plutôt critique, par exemple). Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et j’étais tiraillée entre le désir de le terminer pour connaître le fin mot de l’histoire et celui de faire durer le plaisir pour ne pas quitter Percy tout de suite.

*

Il y a d’autres aspects qui m’ont énormément plu et que j’aimerai évoquer de manière un peu pêle-mêle. Premièrement, dans certains romans, j’ai toujours une petite préférence pour le camp des « méchants » et notamment pour le leader. Par exemple, je suis une très grande fan du personnage de Voldemort, dans la série Harry Potter. Ici, c’est définitivement Luke qui a retenu mon attention et ce, dès le premier tome (Le voleur de foudre). J’ai tout aimé dans ce dernier et je guettais chacune de ses apparitions avec impatience. J’ai aussi adoré son évolution au fil des livres et notamment dans Le dernier Olympien.

Ce que j’ai également apprécié, c’est que, même si ce livre termine une série, Rick Riordan pose aussi les bases pour une nouvelle. Il faut désormais que je prenne le temps de découvrir Héros de l’Olympe. Mais, en même temps, j’ai aussi peur de me lancer dans cette trilogie (si mes souvenirs sont bons) et de ne pas retrouver ce que j’avais adoré dans Percy Jackson, de me séparer définitivement de Grover, Annabeth et Percy.

Par ailleurs, c’est un roman qui m’a étonné car, malgré tout, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de morts. En effet, cette série était avant tout tournée vers la jeunesse et, au final, on se rend compte que l’humour omniprésent est parfois trompeur. Cela m’a surprise mais d’une manière agréable, pas du tout décevant. Il y a un décalage entre les deux qui donnent une impression de fausse légèreté.

*

Une page se tourne et je quitte avec regret cette série qui m’a longtemps tenu en haleine. Il n’y a jamais eu de fausses notes et chaque tome est un coup de cœur. Le dernier Olympien ne fait pas exception à la règle.

Il existe des séries que j’aimerai qu’elles ne se finissent jamais. C’est le cas de Percy Jackson qui m’a tenu en haleine dès les premiers tomes. C’est donc avec un certain pincement au cœur que je la termine. Chacun des tomes était de mieux en mieux.

*

Dès les premières pages, ce dernier tome ne sera pas comme les autres. Déjà, il n’est pas construit comme un jeu vidéo tel que les autres (un niveau par chapitre avec un méchant à vaincre). Cela donne une vision plus globale du livre et non plus uniquement par chapitre. Mais ce n’est pas non plus l’aspect le plus important du livre. En effet, la question essentielle était de savoir comment cette histoire allait se terminer.

Si j’étais au courant de quelques révélations finales (merci Tumblr !), il me restait tout de même un certain nombre de choses à découvrir dont qui pouvait être ce fameux dernier Olympien que le titre évoquait. Ce dernier point m’a vraiment étonné car ce n’est pas un personnage que nous avons eu beaucoup l’occasion de croiser dans les autres tomes. Pourtant, après avoir terminé ce roman et avoir réfléchi aux explications données par Rick Riordan, cela se tient. C’est assez logique. Je n’aurai pas pu imaginer un autre « dernier Olympien ».

C’est un roman détonnant également par ce que, dès le premier chapitre, c’est explosif. Comme dans un film d’action, il y a des explosions, des rebondissements en cascade. Ça court dans tous les sens, ça saute, ça se bat… Ce dernier tome est encore plus dynamique que les autres. Ça ne s’arrête jamais, à aucun moment. Du début à la fin, le lecteur est pris dans un tourbillon sans fin d’événements et il y a toujours énormément de surprises (la présence de la mère de Percy, savoir si Clarisse va venir ou non dans une scène plutôt critique, par exemple). Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde et j’étais tiraillée entre le désir de le terminer pour connaître le fin mot de l’histoire et celui de faire durer le plaisir pour ne pas quitter Percy tout de suite.

*

Il y a d’autres aspects qui m’ont énormément plu et que j’aimerai évoquer de manière un peu pêle-mêle. Premièrement, dans certains romans, j’ai toujours une petite préférence pour le camp des « méchants » et notamment pour le leader. Par exemple, je suis une très grande fan du personnage de Voldemort, dans la série Harry Potter. Ici, c’est définitivement Luke qui a retenu mon attention et ce, dès le premier tome (Le voleur de foudre). J’ai tout aimé dans ce dernier et je guettais chacune de ses apparitions avec impatience. J’ai aussi adoré son évolution au fil des livres et notamment dans Le dernier Olympien.

Ce que j’ai également apprécié, c’est que, même si ce livre termine une série, Rick Riordan pose aussi les bases pour une nouvelle. Il faut désormais que je prenne le temps de découvrir Héros de l’Olympe. Mais, en même temps, j’ai aussi peur de me lancer dans cette trilogie (si mes souvenirs sont bons) et de ne pas retrouver ce que j’avais adoré dans Percy Jackson, de me séparer définitivement de Grover, Annabeth et Percy.

Par ailleurs, c’est un roman qui m’a étonné car, malgré tout, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de morts. En effet, cette série était avant tout tournée vers la jeunesse et, au final, on se rend compte que l’humour omniprésent est parfois trompeur. Cela m’a surprise mais d’une manière agréable, pas du tout décevant. Il y a un décalage entre les deux qui donnent une impression de fausse légèreté.

*

Une page se tourne et je quitte avec regret cette série qui m’a longtemps tenu en haleine. Il n’y a jamais eu de fausses notes et chaque tome est un coup de cœur. Le dernier Olympien ne fait pas exception à la règle.

Chroniques des autres tomes : Le voleur de foudre La mer des monstres Le sort du Titan La bataille du Labyrinthe

Publicités

4 réflexions au sujet de « LITTERATURE | Percy Jackson, Le dernier Olympien de Rick Riordan »

  1. Comme toi, j’adore Percy Jackson et on peut dire que ta chronique fait honneur à ce volet final ! 😉
    J’ai vu que tu hésitais à lire Les Héros de l’Olympe : Si tu as aimé Percy Jackson ( et je n’en doute pas ! :p), tu vas adorer cette série et je ne peux que te la conseiller ! ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s